Le Bruitage

octobre 5, 2009 1 Comment 

Le bruiteur est la personne en charge de produire les bruits après le tournage et le montage de l’image d’un film.
On appelle son métier le bruitage, c’est un des métiers du cinéma.

Le bruitage est une des étapes de la fabrication d’un film. Il se réalise en postproduction et, en général, après le montage définitif de l’image. Dans des auditoriums spécialisés, et équipés de différents sols, pour recréer les bruits de pas sur toutes les surfaces possibles ou d’autres accessoires. Les bruiteurs recréent à partir d’objets hétéroclites qu’ils possèdent et accumulent, ainsi qu’avec leur corps. La difficulté principale réside dans le fait qu’il faut souvent raccorder le son du bruitage avec un son réel enregistré pendant le tournage. La transition doit, en principe, ne pas s’entendre.

Bruiteur en pleine séance d’enregistrement.

Historique

Le bruitage a été inventé en France au milieu des années 1950 pour la fabrication des versions françaises des premières séries américaines diffusées à la télévision. Dans un premier temps, les comédiens de doublage et le bruiteur enregistraient en même temps et dans le même auditorium. Puis, l’enregistrement des bruitage, toujours pour le doublage des versions française, s’est réalisé séparément de l’enregistrement des comédiens de doublage. La Nouvelle vague a sorti le cinéma des studios. À l’époque, les moyens d’enrichir la bande sonore étaient restreints. L’ajout de bruitages à préfiguré le montage son des effets et des ambiances ainsi que le Sound design.

On peut distinguer deux types de bruitages:

  • Bruitages pour la VO (version originale), ce sont les bruitages rendus indispensables en cas de postsynchronisation des dialogues ou rendu nécessaires notamment du fait de la surabondance de l’utilisation de micro HF prendant le tournage.
  • Bruitages pour la VI (version internationale), destinés à la version dite internationale, il faudra bruiter toutes les séquences ou parties de séquence dialoguées de la VO.

Bruitage

La fascination du public pour le bruitage vient essentiellement du détournement d’objet pour produire des sons : parmi les plus connus, citons la fécule de pomme de terre, qui sert à imiter le craquement des pas sur la neige ou les noix de coco pour reproduire le sabot du cheval. Mais l’essentiel du travail du bruiteur n’est pas là ! Le plus difficile est en fait de produire des sons crédibles et indétectables en tant que tels. Un bon bruitage ne doit pas se faire remarquer et doit être parfaitement intégré aux autres sons, du direct ou du montage-son. Les bruits de pas sont les sons majoritaires dans une session d’enregistrement et sont aussi les plus difficiles à faire. Il faut que le son « colle » parfaitement à l’acteur, quels que soient son sexe, son âge, sa démarche, l’endroit où il marche, les chaussures qu’il/elle porte et il doit « raccorder » parfaitement avec les sons réels du direct quand ils sont audibles.

Il faut bien distinguer le bruitage proprement dit, opération manuelle et fabrication « sur mesure » de sons pour chaque plan ou séquence du film, et le montage son et le design sonore, qui utilisent des sons de sonothèques, des sons d’ambiances enregistrés sur le tournage ou sur d’autres lieux.

Le son ajouté au bruitage peut être diégétique ou extradiégétique selon que le son est « entendu » par les personnages ou qu’il ne l’est pas (comme la musique de film, par exemple).

No tags for this post.

About Administrateur

Comments

One Response to “Le Bruitage”
  1. simssima dit :

    Merci très intéressant tout ca

Speak Your Mind

Tell us what you're thinking...
and oh, if you want a pic to show with your comment, go get a gravatar!